AccueilL'atelier Découvrir le forgeron


Maitre du feu de l’air et de l’eau le forgeron est avant tout le maitre de son geste.

Geste essentiel dont l’histoire est indissociable de l’évolution de l’homme.

Se protéger et se nourrir sont les deux fonctions vitales de l’homme primitif. Armes et outils sont donc les instruments indispensables à la vie. La découverte de la transformation du métal par le feu et l’apparition des techniques de forgeage ont un véritable « effet civilisateur » et ont fait basculer l’histoire des sociétés. Leur origine semble une question sans date qui libère des légendes. Du volcan de l’éclair ou de l’ouragan, lequel fut la cause d’une apparition hasardeuse de la métallurgie? Nul n’a la réponse et l’imagination populaire va galopant sur ce sujet. Il semble cependant que 10000 ans avant notre ère, le proche orient franchit le pas de la métallurgie en réduisant par l’action du feu l’or et l’argent puis en alliant rapidement le cuivre à l’étain. C’est  l’apparition décisive du bronze qui atteint les confins européens et orientaux au 20ème siècle avant notre ère et qui ouvre définitivement les portes de la transformation du métal.

Forger c’est transformer par le feu et l’eau.

Le forgeron comme l’alchimiste agît sur la constitution même de la matière et entretient avec elle des relations ambivalentes à mi chemin de la magie et de la religion voir science et sacré. Le forgeron des sociétés archaïques, par l’élaboration du fer, touche aux rituels d’initiations observés dans toutes les occasions où l’homme se mêle de modifier les rythmes et les lois de la nature. Désigné comme « maitre du feu » il occupe le rang social proche du magicien, du guérisseur voir même du sorcier. La forge est vénérée comme un lieu de culte et là où il n’existe pas de maisons spéciales pour la prière ou les assemblées c’est dans la forge que l’on se rassemble. Ses outils, eux-mêmes passés par le feu sont symboles. Le marteau et l’enclume, frappé ou être frappé, le bien et le mal et au-delà d’un savoir faire et de ses gestes s’inscrit tout un processus basé sur des principes symboliques ou sacrés.

Forger c’est battre le fer quand il est chaud. 

Forger est affaire de temps ; le fer chauffé n’attend pas et tout forgeron agit suivant cette règle immuable. Du foyer à l’enclume, du marteau à l’enclume, de l’enclume au foyer, le geste est répétitif, précis et rapide. L’œil est important, tout se lit à la couleur du métal. Au-delà de ce savoir faire commun, le forgeron n’existe pas pour lui-même, mais en fonction de la pièce qui sort de ses mains. Serrures, portails, outils, sonnettes… autant d’outils forgés par ces maitres-artisans du métal dont les métiers varient autour d’un seul et unique geste. C’est donc en forgeant qu’ont devient «  taillandier, serrurier, ferronnier, maréchal-ferrant,…. ».

Forger c’est une ecole d'humilite. 

Apprendre les gestes, les répéter, toujours et encore jusqu'à froler la perfection de la main. Imprimer sa volonté au métal, et ne pas se laisser déborder, que la cote soit la bonne. Tout cela est facile à dire. Le feu, l'eau, l'acier et vous.....

Forger c’est une passion qui se partage.

Jean-Luc Soubeyras vous acceuille toute l'année, dans son atelier Couleurs de forge, pour vous initier ou vous perfectionner dans cet art de la forge...